bap3Le village de Baporé se situe à environ 8 kilomètres au sud-est de la ville de Ouahigouya. Une piste de latérite, partiellement praticable en saison pluvieuse, dessert le village. Sa population, essentiellement de confession musulmane, est estimée à environ 350 personnes. Baporé dispose d’une importante retenue d’eau artificielle construite en 2003. Ce barrage constitue un apport essentiel pour la culture maraîchère du village et même des localités avoisinantes comme Baobané.

L’Association est très active dans cette localité. Les activités suivantes y sont pratiquées :
– parrainage d’enfants ;
– programme de fixation des jeunes (maraîchage, élevage) ;
– sensibilisation contre la pratique de l’excision et les infections sexuellement transmissibles (SIDA) ;
– centre nutritionnel communautaire ;
– santé mobile ;
– micro-crédit aux femmes.

 

 

bil3Le village de Bilinga se trouve à 20 kilomètres au sud de Ouahigouya sur la voie bitumée menant à Ouagadougou. Il est ainsi accessible toute l’année. Jadis animiste, sa population est aujourd’hui principalement de confession musulmane. Le village, composé de plusieurs concessions, compte environ 800 habitants.

Plusieurs activités sont exercées par l’AZPF :

– centre professionnel féminin (d’alphabétisation) ;
– parrainage d’enfants ;
– sensibilisation contre la pratique de l’excision et les infections sexuellement transmissibles (SIDA) ;
– santé mobile ;
– centre nutritionnel ;
– programme de sensibilisation à l’hygiène.

 

 

tav1Le village de Tanvoussé se trouve à 20 kilomètres au nord de la ville de Ouahigouya dans le département de Koumbri. Selon les sages du village, Tanvoussé signifie « venez vous reposer » en langue Moaga. Ceci s’explique par le fait que les habitants de Youba, situé à environ 15 kilomètres, se rendaient à Tanvoussé pour cultiver le mil. Compte tenu de la longue distance, ils décidèrent de s’y installer. Ils rendirent donc visite au chef de Ronga (village situé environ à 4 kilomètres), propriétaire des terres, qui leur accorda ces lieux pour s’y reposer.
Selon une enquête réalisée en 2000 par la préfecture de Koumbri, la population de Tanvoussé est estimée à 1043 habitants répartis dans trois quartiers : Binsguin, Tangazougou et Bang-Poré. Cette population est composée de mossis (les marensé et les yarcé venus du village de Youba, les samba venus du village de Ronga) constituant la majeure partie de la population et de Peuhls nomades. Jadis animistes, les habitants du village sont aujourd’hui tous de confession musulmane. On dénombre dix mosquées dont la plus grande (mosquée de Binsguin) est réservée à la prière du vendredi.

L’Association y mène plusieurs activités :

– cours d’alphabétisation ;
– centre professionnel féminin ;
– parrainage d’enfants ;
– programme de fixation des jeunes (maraîchage, reboisement) ;
– sensibilisation contre la pratique de l’excision et les infections sexuellement transmissibles (SIDA) ;
– centre nutritionnel communautaire ;
– santé mobile ;
– programme de sensibilisation à l’hygiène ;
– filature du coton.

 

 

kelge1Le village de Kelguérima est situé à 32 Kilomètres de la ville de Ouahigouya. Il a une population de 729 habitants avec 81ménages. Comme infrastructures on a une école primaire à trois classes, le centre nutritionnel communautaire. Grâce à l’appui de l’Association Beogo, Kelguerima bénéficiera d’un forage équipé d’une pompe manuelle. L’eau potable sera disponible bientôt (2012).
Nos grands parents étaient installés à Kibtiguya qui veut dire « l’orphelin a bien mangé ». Ils étaient des éleveurs. Mais comme la population devenait de plus en plus nombreuse, les animaux gattaient les cultures. La chefferie qui avait une force sur la population, nos grands parents non pas pu résister. C’est ainsi qu’ils ont décidé de quitter Kibtiguya pour s’installer à Kélèguerima qui est composé de deux mots: Kelgué qui veut dire “Ecoute” et Rima qui veut dire “Noble”. Ils ont dépassés le village de Kelgué pour s’installer à Rima pour être à l’écoute des nobles dont le nom Kelguerima.

 

 

keba1Kebakoro est un village situé à 36 kilomètres de la ville de Ouahigouya et à 6 kilomètres du village de Wabdigré. Il a une population de 719 habitants avec 97 ménages. Comme infrastructures on a une école primaire à trois classes, le centre nutritionnel communautaire. Le village dispose d’un forage qui ne fonctionne plus, car il date depuis plus de 30 ans. Grâce à l’appui de l’Association Beogo, Kebakoro bénéficiera d’un forage équipé d’une pompe manuelle. L’eau potable sera disponible bientôt (2012).
Le mot kebakoro vient de la langue Dioula qui veut dire viel homme. Cela a commencé avec l’existence d’un Kamboinsé (d’une ethnie) venu de Kombe, un pays situé entre le Burkina Faso et la côte d’Ivoire qui s’était installé dans la forêt. Leur langue parlée était le Dioula. Les kamboinsé sont venus pour combattre aux côtés du chef Naaba Kango qui fut le Roi du Yatenga. Après la victoire de Naaba Kangon, l’un des vieux Kamboinsé a décidé de s’installer dans une forêt avec son fusil de bataille pour chasser les animaux. Il dormait sur les arbres et s’alimentait de la viande de sa chasse. L’on appelait Kekoroba qui veut dire « vieux » en langue Dioula. C’est ainsi qu’après sa mort, ils ont décidé d’appelé le village « Kebakoro ». Après la mort du vieux « kekoroba » fut installé Guiro Tégui-wendé l’un des fils et par la suite le village s’est agrandi. Maintenant c’est l’un des fils de Guiro Tégui-wendé qui est le chef du village.

 

 


Made in seed*