savon6Collection n’exporte pas encore ses savons artisanaux hors de Suisse, mais son savoir-faire a néanmoins fait ses preuves au Burkina Faso. Les fondateurs de Cocooning Collection, la PME installée depuis dix-huit mois à Bavois (Suisse), se sont en effet rendus en début d’année à Ouahigouya, dans le nord du pays, où ils ont apporté un peu de leur expérience aux douze femmes qui travaillent dans une petite savonnerie soutenue par l’association Nouvelle Planète. Cette expérience enrichissante, Stephan et Fabienne Frei, les fondateurs de la société nord-vaudoise, l’ont en grande partie vécue grâce à Isabelle Chevalley. La conseillère nationale Vert’libérale s’implique en effet beaucoup pour ce pays d’Afrique. «Elle est venue à Bavois avec Mariam Maïga, la présidente d’une association burkinabé qui collabore avec Nouvelle Planète», relève Fabienne Frei. Difficile, après ce premier contact enthousiaste, de dire non à la proposition qui a suivi: «Isabelle nous a demandé si nous serions prêts à apporter des conseils techniques sur place à des femmes qui pourraient, grâce à nous, développer leurs activités.»

Lacunes sur le plan sécuritaire
Du premier jour d’observation à la savonnerie de Ouahigouya, un constat s’est imposé: si la méthode de production s’apparente à celle de Cocooning Collection, de grosses lacunes au niveau de la sécurité sont apparues. Les femmes burkinabés manipulent de la soude caustique sans masque ni bidons pour confectionner leur savon à lessive. Après avoir insisté sur l’importance de se protéger, Fabienne Frei les a incitées à développer leur offre en réalisant un savon pour le corps. «Celui qu’elles ont un temps proposé était trop dur, et provoquait des démangeaisons», reprend-elle. Avec des produits locaux comme le henné, l’indigo ou la poudre de carottes, et pendant que son mari montait une étagère pour sécher les savons (une étape importante de la production que les Burkinabés ont tendance à zapper) avec du bois expédié par containers depuis la Suisse, elle leur a également enseigné la préparation de colorants. «Le dernier jour, j’ai fait une démonstration de marbrage du savon, méthode qui donne une note originale au produit.» Fabienne et Stephan Frei espèrent avoir planté une graine qui doit encore fructifier. Ils suivront à distance l’évolution de cette savonnerie africaine et ne manqueront pas d’envoyer du matériel. «Pour nous, c’était une première en Afrique, donc une vraie aventure, que nous renouvellerons sûrement.»
(24 heures, 24.01.2015)

Gallery

 


Made in seed*