Victime de la poliomyélite, Christiane Zoungrana est une handicapée moteur. Aujourd’hui, elle a fait du tissage son gagne pain et veut s’affirmer respectueusement dans la société. Christiane Zoungrana tisse à l’association Zoodo pour la Promotion de la Femme section Ouagadougou, au centre de Pissy.

Christiane2

« C’est mon pied droit qui est invalide, je tisse seulement avec le pied gauche mais je fais de jolis motifs », affirme Christiane Zoungrana, une belle femme souriante. Elle est née à Keryoaguin, un village situé dans la commune rurale de Komsilga. C’est à l’âge de cinq mois que sa mère a constaté que son pied droit ne pouvait pas se plier et qu’il s’agissait de la poliomyélite d’après le diagnostic des agents de santé. Il n’y avait plus rien à faire pour Christiane. « Quand j’ai pris conscience de mon handicap, j’ai profondément souffert, surtout quand je voyais mes camarades courir et moi toujours assise. » dit-elle avec amertume.


Elle est très motivée dans son travail mais souvent bien fatiguée car tout le poids repose sur le seul pied gauche. Elle est championne en petit métier et en création de motifs. Très dynamique au travail, Christiane a choisi de vivre de son effort. Selon la responsable de la section, Bintou Wobgo : « Christiane travaille comme tout le monde. On ne dirait pas même pas qu’elle est handicapée et elle vient aussi en aide aux autres ». Christiane a une rémunération mensuelle, ce qui lui permet de pouvoir vivre et voler au secours de ses parents au village. Elle se dit être comblée et invite ses soeurs handicapées à se battre, car "il ne sert à rien de s'apitoyer sur son malheur''.