Dans le cadre du projet de filature, 8 femmes de Bilinga étaient  à Possomtenga le 16 octobre 2018 pour une démonstration de techniques de filature manuelle du coton à des clients étrangers.

 

L’objectif de cette séance de démonstration est de permettre aux acheteurs internationaux de voir comment est pratiquée la technique de filature  par les femmes et quels sont les différents types de calibres qu’on peut obtenir.

filature

A en croire Fatouma Sawadogo/ Maïga, la chargée de projet à l’AZPF, «  nous avons expliqué le procédé à des bailleurs internationaux qui souhaitent travailler avec nous en achetant nos tissus et qui sont en relation avec des maisons de mode en Europe ». Il faut noter que des confrères du Mali sont venus aussi  faire une démonstration du bogolan, y compris d’autres du Burkina qui travaillent dans l’indigo.

Pour ce projet de filature, l’Association Zoodo pour la Promotion de la Femme travaille avec plus de 300 femmes dans 18 villages. Elle espère une suite favorable à l'issue de cette visite, recevoir évidemment des commandes, pour  booster par-là l’entrepreneuriat féminin et l’autonomisation économique des femmes dans les villages.

filature3filature4

Les étudiants de Zoodo soutenus par L'Association Beogo de la Suisse se sont réunis chez Mariam MAIGA, la Présidente de Zoodo pour discuter des rapports à rédiger et préparer la rentrée universitaire 2018-2019. C'est une occasion pour ces jeunes de finaliser leur convention de collaboration avec Zoodo-Beogo pour 2018-2020.

Pour sensibiliser les jeunes à la protection de l’environnement et développer leur amour pour l’arbre et la nature, l’Association Zoodo pour la promotion de la femme (AZPF) dans le Yatenga, a organisé une sortie écotourisme dans le village de Bilinga, le samedi 7 juillet 2018.

 

Cette sortie écotourisme à entendre la Présidente de l’Association Zoodo pour la Promotion de la Femme (AZPF) Mariam Maiga, s’inscrit dans une dynamique de conscientiser les enfants sur l’utilité de l’arbre et de les faire aimer la nature. « Nous voulons apprendre l’écotourisme aux élèves. Et dans l’écotourisme, il y a la préservation de l’environnement, il y a la connaissance du milieu. Les enfants sont encadrés par un agent forestier. En choisissant de venir à Bilinga, nous voulons que les enfants quittent un peu la ville, pour se rapprocher du village et connaître son organisation sociale. C’est aussi un plus en matière d’apprentissage », a-t-elle fait savoir.


Pour le chargé de suivi du Programme soutien à distance de Terre des Hommes Italie, Sayouba Gouba, « Cette activité s’inscrit dans notre mandat qui est la promotion et la protection des droits de l’enfant. Nous avons aussi le parrainage des enfants et c’est dans ce sens que TDH travaille avec l’AZPF. Nous apprécions cette idée d’initier les enfants à la plantation d’arbres et leur mobilisation me satisfait », a-t-il déclaré.


L’Association Beogo de la Suisse et la Fondation Agir ont appuyé cette initiative de Zoodo, car convaincues que l’avenir de la planète passe par la préservation de l’environnement.

Le CEG de Bilinga, jusque-là était vide par manque d’arbres. Quoi de plus normal que le professeur Adama Ouédraogo, se sente comblé par cette plantation d’arbres sur son site. Il promet de s’entretenir avec les parents d’élèves sur l’entretien en attendant la reprise des cours en octobre.


Une belle expérience pour ces mineurs, va dire le coordonnateur de l’activité, Salifou Savadogo. Ils repartent satisfaits de ce bref séjour à Bilinga avec des notions sur l’écotourisme et en prenant l’engagement d’être désormais les amis fidèles de la nature.

Victime de la poliomyélite, Christiane Zoungrana est une handicapée moteur. Aujourd’hui, elle a fait du tissage son gagne pain et veut s’affirmer respectueusement dans la société. Christiane Zoungrana tisse à l’association Zoodo pour la Promotion de la Femme section Ouagadougou, au centre de Pissy.

Christiane2

« C’est mon pied droit qui est invalide, je tisse seulement avec le pied gauche mais je fais de jolis motifs », affirme Christiane Zoungrana, une belle femme souriante. Elle est née à Keryoaguin, un village situé dans la commune rurale de Komsilga. C’est à l’âge de cinq mois que sa mère a constaté que son pied droit ne pouvait pas se plier et qu’il s’agissait de la poliomyélite d’après le diagnostic des agents de santé. Il n’y avait plus rien à faire pour Christiane. « Quand j’ai pris conscience de mon handicap, j’ai profondément souffert, surtout quand je voyais mes camarades courir et moi toujours assise. » dit-elle avec amertume.


Elle est très motivée dans son travail mais souvent bien fatiguée car tout le poids repose sur le seul pied gauche. Elle est championne en petit métier et en création de motifs. Très dynamique au travail, Christiane a choisi de vivre de son effort. Selon la responsable de la section, Bintou Wobgo : « Christiane travaille comme tout le monde. On ne dirait pas même pas qu’elle est handicapée et elle vient aussi en aide aux autres ». Christiane a une rémunération mensuelle, ce qui lui permet de pouvoir vivre et voler au secours de ses parents au village. Elle se dit être comblée et invite ses soeurs handicapées à se battre, car "il ne sert à rien de s'apitoyer sur son malheur''.

Du 15 mai au 15 juin 2018, l’Association Zoodo pour la Promotion de la Femme (AZPF) a initié une formation en alphabétisation fonctionnelle avec l’appui financier de l’Association Beogo, au profit des femmes de Bilinga, exerçant dans le tissage, la teinture, la fabrication de savon, en vue de les responsabiliser.


Les femmes du centre de formation féminine de Bilinga, mènent quotidiennement des activités nécessitant des calculs (oraux et écrits) et des prises de notes. Mariam MAIGA, Présidente de Zoodo, ayant constaté qu'elles ont des  difficultés à réssuir ces opérations,par faute de connaissances de base; a décidé de l’initiation de cette formation en alphabétisation pour les outiller  femmes en termes de compétences.
Ainsi, elles pourront améliorer leurs conditions de vie et de travail. Elles sauront lire et écrire dans leur langue maternelle. Elles pourront également recenser les outils de travail, mesurer les pagnes et calculer leurs prix de vente.
Cette initiative de l’AZPF a été bien appréciée par les femmes, qui à la fin se sont montrées plus motivées à fournir un travail de travail.

Sous-catégories